Mirage
Lakefront Kiosk compétition
Chicago, USA

Description
Trois lames, un prisme forme le kiosque. Une série de palplanche sont disposées de manière à créer une assise solide et stable sur le sable en mouvement. Formant une série de pilotis protégeant le kiosque de possible inondations. Une dune est ménagée pour y accéder, comprise entre deux lames. Un travail sur la lumière, le paysage, sur l’objet architectural comme carrefour perceptif. Pour le visiteur, le nouveau lieu provoque des questions et des sensations sur la relation entre ville et paysage, nature et culture.
La palplanche est choisie pour, sa mise en œuvre simple et économique. Les palplanches recyclées nous parlent du monde de la construction, du chantier. Une évocation des hommes qui fabriquent.

Ce système détermine une trame. Parallèle à la plage, deux lames viennent chercher le piéton, lui proposer une ascension, quand la troisième délimite un couvert. Un volume de verre miroitant propose un univers qui rappelle celui des façades des grattes ciels, une boite kaléidoscopique qui transpose le lieu, où le jeu de réflexions redéfinissent les paysages.
Le prisme possède 3 états en fonction des saisons.
De mai à aout, la boîte s’ouvre sur le lac Michigan et son horizon. La façade sur le lac est amovible, elle se déplie en terrasse, reposant sur les lames offrant un belvédère. De 200 ft2, elle offre 232,5f2 de terrasse et 426.5ft2 de couvert.
De septembre à avril, le kiosque est fermé. De jour, le prisme miroitant, il est un catalyseur de paysage. La nuit, sa façade coté ville s’illumine et devient lanterne, un signal un emblème de la baie.

Durant la Biennale de Chicago, disposé dans le parc Millenium. Il devient une galerie d’exposition. Un mur, un sol, un mur écran permettant une exposition multimédia. L’accessibilité à la galerie sera modulée en fonction du site choisi, les palplanches pouvant être plus ou moins haute réduisant ainsi la longueur de la rampe et de l’escalier.

Les lames consistent en un agencement de palplanches en métal, fondée à 1m de profondeur. La longueur des deux grandes lames est déterminée par l’accessibilité des personnes en situation d’handicap. La structure de la boite est en bois, afin de faciliter son déplacement et son recyclage. Elle est couverte de plaques d’acier poli-miroir.

Team
Raphaël Dessimoz, Jean Salzmann, David Dufourq

Client
Chicago Architecture Biennial


Plans | Images